histoiredelafrique


Aller au contenu

Menu principal:


Règne de Soundiata Keïta

Mali

Il n'est pas un conteur, un griot qui dans toute l'Afrique noire n'est pas chanté les exploits de Soundiata Keïta à la bataille de Kirina sur l'Empereur du Sosso. Entre magie, superstitions et exploits guerriers, l'Empire du Mali appartient à ces 4 fabuleux empires de la boucle du Niger qui durant le moyen âge commencèrent à façonner le visage du continent africain et dont l'Europe ne cessa d'imaginer les fabuleux trésors qu'ils pouvaient bien receler.

Ne dit-on pas que bien avant Christophe Colomb, ce furent des pirogues de cet empire qui accostèrent sur le continent américain !?

Un empire qui s'étendra jusqu'au le désert du Sahara, bordera l'Océan Atlantique et dont les frontières se situent aujourd'hui sur les actuels pays du Mali, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée et la Mauritanie

En 1050, le clan royal des Keïta unifie le territoire mandingue que se partageait cette famille avec celle des Condé (province de Do), celle des Camara (province du Bouré) et celle des Konatés dans le Kiri. Une alliance tactique avec les Konaté permettra aux Keïta de s'emparer du pouvoir et de stabiliser la sous- région. Au cours du XIIième siècle, le Roi Naré Maghan Konaté dit le beau tente de s'opposer tant bien que mal aux multiples incursions des touaregs qui pénètrent dans son royaume afin de se fournir en esclave. Cet affaiblissement permet à l'Empereur du Sosso, Soumaorou Kanté de se renforcer militairement afin de pouvoir s'emparer des mines d'or de l'Empire mandingue. Mais bien au-delà de cet aspect militaro- économique, il y'avait un aspect religieux que Soumaouro Kanté ne pouvait oublier. Issu comme son père Sosso Kemoko d'un clan de forgerons, il était farouchement hostile à l'islam, religion de l'Empire mandingue.

Envahissant le Mandingue, la dynastie royale a bien du mal à se défendre face aux troupes du Sosso et doit s'enfuir afin d'échapper au massacre.

La résistance va s'organiser autour d'un homme infirme, Soundiata Keïta, rejeton infirme de la lignée royale. De ce souverain, l'Afrique va en faire une légende et un nom qui n'aura pas démérité des plus grands souverains d'Europe de l'époque.

La légende raconte que le Roi Maghan Konaté reçu la visite d'un chasseur aux pouvoirs divinatoires qui lui prédit qu'une femme à la laideur marquée lui donnerait un jour un fils qui deviendrait l'un des plus grands souverains du continent. Maghan Konaté n'apporta que peu de crédits à cette fable car il avait déjà un fils prénommé Dankaran Toumanie Keïta qui devait selon toute logique lui succéder un jour sur le trône. Pourtant, quand plusieurs années après, d'autres chasseurs lui présentèrent une femme laide et bossue, le souverain se souvint de cette prédiction. Contre toute attente, il épousa cette femme qui lui donna un fils baptisé Soundiata Keïta (1190). Le Roi déchanta lorsqu'il s'aperçut que ce rejeton était infirme et incapable de tenir sur ses jambes. Cet enfant ne pourrait certainement pas le Prince de la prédiction. A la mort de Maghan Konaté en 1218, son fils Dankara s'empare du pouvoir malgré les dernières volontés de son père à voir Soundiata lui succéder.

Et la légende de continuer. Victime des vexations quotidiennes de son demi- frère, Soundiata avait retrouvé miraculeusement l'usage de ses jambes à 7 ans après avoir touché le sceptre royal. Lors du couronnement de Dankara, craignant pour sa vie et celle de sa mère et ses soeurs, le jeune Prince trouve refuge dans le royaume voisin de Mena. Cette fuite lui sauvera la vie. Des 12 enfants de Maghan Konaté, le Roi du Sosso en fera assassiner 11. Soundiata Keïta devient donc l'héritier du royaume mandingue. Mais ce n'est qu'en 1235, à la bataille de kirina que els deux souverains vont se rencontrer. Véritable épisode historique, la bataille va alimenter de nouveau la légende. Ainsi ne chante t-on pas dans les villages que c'est avec " un ergot de coq (blanc) " posé sur sa flèche qu'il battit l'Empereur du Sosso qui disparu mystérieusement dans les montagnes de Koulikoro … Soumaourou Kanté à qui l'on prêtait volontiers des pouvoirs de sorciers disparu après un règne de 35 ans.

La vérité est plus cruelle. Battu par les troupes coalisées du Prince, Soumaouro Kanté s'enfuit dans les montagnes de Koulikoro. Rattrapé, il fut passé au fil du sabre par ses poursuivants.

Conquérant du Fouta Djalon et du Sosso (qui disparaissait avec cette bataille), Soundiata unifie tous les royaumes voisins frontaliers sous son nom. Ainsi né l'Empire du Mali (soit 100 000 Km2) avec à sa tête un Roi Keïta qui pour l'occasion reçoit le titre de Mansa (Rois des Rois). Il établit sa capitale a Niani (aujourd'hui en Guinée) et fait établir la charte mandingue (Kouroukan Fouga).

Cette charte est un révolution car elle abolit officiellement l'esclavage dans l'Empire, établit une administration (l'Empire est divisé en 30 clans (Bambaras, Malinkés, Toucouleurs. ) dont 16 seront composés d'hommes libres, 4 de griots 5 clans de marabouts et els 5 derniers d'artisans), la justice et l'équité pour tous (il n'existe cependant aucune trace écrite de cette charte de 44 articles qui selon toute vraisemblance ne fut qu'orale et transmise par les griots de génération en génération. Néanmoins si celle-ci était avérée, elle serait la première déclaration des droits de l'homme connue bien avant celle de 1789 en France). La tolérance religieuse est aussi reconnue dans tout l'Empire et islam et animisme vont cohabiter sans conflits. L'Empire du Mali va connaître une prospérité commerciale importante sous son règne et la sous- région une stabilité politique sans précédents. Seul le royaume du Bambouk subira encore les assauts des troupes de Soundiata qui au passage s'empare en 1240 de la capitale de l'Empire du Ghana, Koumbi- Saleh.

Même la mort de Soundiata reste aussi un mystère. Il disparaît dans les eaux du Sankarani en 1255 sans que son corps ne soit retrouvé. La légende nous dit une fois de plus que ce guerrier se métamorphosa en hippopotame. Mais l'histoire nous parle quant à elle de noyade voir peut être d'un assassinat. Quoiqu'il en soit, l'Empire du Mali avait trouvé en son fondateur le lien d'unité qu'il lui manquait.

ACCUEIL | Ouganda | Côte d'Ivoire | Ethiopie | Rwanda | Burundi | Madagascar | Ghana | Bénin | Angola | Tanzanie (Zanzibar) | Centrafrique | Afrique du Sud | Lesotho | Libye | Swaziland | Egypte | Tunisie | CAMEROUN | Kenya | Mali | Maroc | Plan du site


Ce site ne soutient aucun mouvement politique quelque soit sa nature et n'a qu'un but historique, merci de votre compréhension | draken291@hotmail.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu